Michael Jackson, signes et synchronicités (2/2)

Dernière mise à jour : sept. 1

Michael Jackson, 12 ans au fil de ta voix #14


“Je ne crois pas aux coïncidences dépourvues de sens. Je suis persuadé que chaque coïncidence est un message, un indice concernant une facette particulière de notre vie qui appelle notre intention”. Deepak Chopra


Je vous ai raconté l’autre jour ces anecdotes qui pourraient paraître saugrenues à propos des parfums de Michael… Voici maintenant ce qui a été pour moi la cerise sur le gâteau.

Le deuxième volet de ce grand thème des coïncidences et autres hasards « intelligents » s’est déroulé l’année suivante, toujours à Nice (décidément, Nice, Michael et moi, on a beau faire, là aussi…)

J’errais dans la Fnac entre les rayons des livres quand, tout à coup, j’ai été interpelée par un titre, posée parmi les ouvrages d’un comptoir : « Le livre des coïncidences ». Intriguée, je me suis approchée et j’ai lu la 4e de couverture que voici.


Vous comprenez mon trouble ? Je me suis dit : « C’est pas possible ! Ça existe vraiment ? Si bien qu’on peut écrire un livre, expliquer, analyser ? » J’ai regardé qui était l’auteur. Inconnu. Mais j’ai vu les mots : « Éducation orientale… Ayurvéda… Alliance pour la Nouvelle humanité… » Oh là là !… Non, ce n’était pas pour moi. Moi, bonne catholique, assez fidèle, du mieux que je le pouvais, à mes principes, j’ai eu tout à coup peur d’être face à une secte New Age et de me faire embarquer. Pourtant, troublée, plusieurs fois, j’y suis retournée. Je reprenais le livre, le reposais. Un vrai dilemme. Ce qu’il annonçait m’intriguait tellement ! J’avais l’impression que cela avait été écrit pour moi.

Alors, après avoir erré longuement, anxieuse et rongée par un véritable cas de conscience, dans les allées, je me suis décidée à l’acheter, m’auto-convainquant que je possédais suffisamment de discernement pour arrêter de lire à la moindre suspicion d’arnaque.


Vous imaginez bien que ce que j'ai lu dans ce livre s'est totalement superposé à l'expérience que je vivais depuis 2 ans… À chaque page, j'étais de plus en plus subjuguée. Ce n’était pas une révélation, puisque je savais de quoi il en retournait, mais une confirmation. Et puis, ce qui m'emportait, c'était de lire des idées et des concepts que j'avais entrevus chez Michael, compris à travers lui, lu dans certaines de ses phrases même, des textes, des interviews, ses poèmes de « Dancing the Dream »… C'était tellement enthousiasmant ! Je me disais que Michael devait partager effectivement certains éléments de cette philosophie, et qu'avec la spiritualité dont il avait fait preuve toute sa vie, il n'était finalement pas étonnant qu'il soit capable d'envoyer des signes. Il avait une âme si forte, qu’avant même d'en apprendre davantage sur sa foi, d'instinct, quand il était mort, je m'étais mise à prier pour lui. Pas juste des mots et une bougie, non. De vraies et fortes prières qui me prenaient aux tripes et que j’avais besoin de faire, viscéralement. Pourtant, une autre partie de moi se demandait pourquoi j'avais ce besoin de prier pour lui, qui j'étais pour le faire, pourquoi aurait-il eu besoin qu’on, que je, prie pour lui, au nom de quoi ?... Aujourd'hui je sais, du moins je veux croire, que c'était d'instinct, que certains esprits se rencontrent parce qu'ils sont connectés d'une manière ou d'une autre. En disant cela, je ne dis pas que mon esprit est connecté à celui de Michael : je dis juste que nous partageons sans doute une certaine ferveur spirituelle qui fait que, sans que je sache pourquoi, il y avait un canal ouvert et commun sur lequel nous (et des millions d’autres personnes, sans doute) étions branchés, et qui a certainement contribué, pour ma part, à expliquer ma sensibilité à son égard sans que je puisse même en cerner la cause profonde.


Je ne savais pas avant cela qui était Deepak Chopra. Et vous me croirez si vous le voulez, mais c'est seulement 2 ou 3 ans après, alors que j'avais pourtant lu « Dancing the Dream », que je suis tombée sur cette page de garde du livre, toujours « sautée » où il remerciait un certain Deepak, puis, en cherchant s’il s’agissait bien de la même personne, sur un discours où Michael remerciait effectivement « Deepak Chopra ». J'ai trouvé des photos où ils étaient ensemble et lu sur le bout de chemin spirituel qu'ils ont partagé. Et à nouveau un pan du ciel s'est ouvert au-dessus de ma tête et dans mon cœur.



Je me suis dit qu'il n'y avait que Michael pour faire ça. Cela m'a paru une évidence. J'aurais très bien pu avoir lu cet ouvrage sur les coïncidences avant ou avoir lu d'autres ouvrages qui parlait de synchronicités. J’aurais pu, quand les événements sont arrivés dans ma vie, les comprendre et les interpréter à la lumière et à la lecture de ces concepts que j'aurai lus au préalable. Mais ce n'était pas le cas. C’était même exactement le contraire qui se produisait. J’avais vécu des expériences. Puis j’avais pris connaissance de la théorie à leur propos. Et, pour couronner le tout, l’auteur de ce cours m’était délivré par l’un des guides de Michael. Et Michael était au cœur de cette pratique et de cette théorie. Comme le pédagogue qu’il a toujours été, il ne m’a pas livré des opinions toutes faites, des explications toutes faites, un prêt à penser et à vivre. Il m’a envoyé des exercices, m’a montré leur cohérence à travers un concept et m’a montré qu’il était au commencement et à la finalité. Il était l’exercice, la théorie, le guide.


J’ai rencontré Deepak à Paris il y a quelques années, mais il est difficile de le faire parler de Michael. Je ne désespère pas de lui raconter cette incroyable superposition entre sa théorie à lui et la mise en pratique de son élève, signe évident d’une forme de vérité et d’une force spirituelle dont il a certainement déjà connaissance, pour l’avoir côtoyée…


Et ce qui est fou, c'est que ce chemin de lecture parsemé de petits cailloux blancs s'est poursuivi... D'une manière TOTALEMENT indépendante de Michael, j'insiste sur ce point, mes lectures m'ont conduite, avant et après Deepak, et surtout avant de faire des liens concrets, vers un ouvrage comme "La puissance de la pensée positive" de Norman Vincent Peale ou les nombreux livres du Dr Wayne Dyer, comme "Le pouvoir de l'intention" ou "Vos zones erronées"... Combien de pages ai-je cornées dans ces livres, pour marquer certains passages, en me disant : "Michael aurait pu dire cela !... ou ... ça ressemble à ce que Michael disait !... ou... C'est pas possible ! Michael a dû lire ces livres, il me semble retrouver son mode de pensée sur tel ou tel point !"... Jusqu'à ce que, bien des années plus tard, et encore très récemment, je tombe sur le témoignage de Wayne Dyer, disant qu'il connaissait bien MJ, qu'il l'avait fréquenté et qu'ils avaient beaucoup parlé spiritualité, ou encore sur le récit de Frank Cascio, disant que le premier livre que Michael lui avait mis dans les mains quand il était ado et qui lui avait donné envie de lire, parce qu'il lui semblait trou