Going back to Indiana, Michael Jackson et Gary

Dernière mise à jour : 1 sept. 2021

Michael Jackson, 12 ans au fil de ta voix #12


Gary, Blanket, Katherine et... toujours, la fine équipe de monsieur Hasard Jackson...


Puisque je suis dans le chapitre des voyages (après tout, il paraît que nous sommes en vacances, même si nous ne pouvons pas voyager très loin et que le temps fait des siennes) je souhaitais faire ce soir un saut plus temporel que géographique par rapport à mes précédents billets.

Nous sommes, en effet, 6 ans après Los Angeles. En 2016 donc. A ma grande joie, je me retrouve invitée par une association de Gary, dévouée à la mémoire des Jackson, pour y donner une conférence le jour de l'anniversaire de Michael. Etant également conviée à en donner une la semaine suivante dans une Université de Washington DC, je ne peux qu'accepter cet honneur ! A cette époque, mes conférences (que vous retrouvez à ces liens, en accès libre sur YouTube, en français et en anglais) portaient sur "Dangerous" et les liens que tissaient l'emblématique pochette réalisée par Mark Ryden avec le contenu musical de l'album.





Le hasard - dont vous connaissez aussi bien que moi désormais l'autre nom, voire les autres petits noms si l'on considère qu'une "association de bienfaiteurs" se cache derrière ! - a fait que mon fils aîné, Joseph, a réussi à entrer peu avant en contact avec Blanket. Ils ont à peu près le même âge et à cette époque, Blanket répondait parfois aux messages (c'était avant qu'il ferme son compte et en rouvre un autre, moins personnel). Mon fils lui avait demandé s'il serait là pour l'anniversaire de son père et lui avait dit combien il souhaiterait pouvoir faire un selfie avec lui. Blanket lui avait répondu qu'il serait là et qu'il acceptait la proposition avec plaisir ! Mon fils lui avait précisé alors qu'il le reconnaîtrait parce qu'il était en fauteuil roulant, et qu'il ne pourrait donc peut-être pas s'approcher facilement de lui. Mais Blanket était prêt à venir le rejoindre.

Sauf que tout ados qu'ils étaient, ils ne s'étaient pas mis d'accord sur le moment précis. Le 29 tombait un lundi, les festivités organisées par la famille Jackson se déroulaient du vendredi au lundi. Or, nous sommes arrivés à Gary le samedi soir, à l'hôtel voisin du leur, mais eux étaient partis dans le courant de l'après-midi.... Blanket reprenait l'école le 29, donc il lui fallait rentrer en Californie... Déception donc, mais quel plaisir, malgré tout pour mon fils, de savoir que le fils de Michael était disposé à lui faire cette faveur... Une vraie marque de générosité... Il a de qui tenir, c'est sûr !

Et en parlant de générosité, il fallait bien que nous remontions à la souche !... Et là aussi, Monsieur Hasard et ses acolytes se sont arrangés pour que, lorsque nous avons pris notre voiture pour nous rendre devant la maison des Jackson, nous arrivions au bon moment !


Quel plaisir d'écouter la radio dans cette région proche de Chicago. Beaucoup de petites radios locales noires qui diffusaient une soul façon Motown avec des passages réguliers des Jackson... C'était vraiment sympa. Cela donnait la sensation d'être "chez eux", "à l'époque".

J'ai voulu faire ce trajet en écoutant une chanson de Michael qui me semblait tout dire sur l'endroit et la période : "Childhood". Ce dont je suis sûre, c'est que la musique s'est arrêtée pile au moment où nous nous sommes garés devant la maison. Il était 14 h.

Revivez ce trajet avec moi...

Une vingtaine de personnes discutait dans la rue de manière amicale.

Le temps de jeter un œil vite fait autour de nous... C'était touchant. Emouvant. Impressionnant... J'y reviendrai dans un prochain billet...

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)


Puis, tout à coup, nous avons senti un petit vent d'émulation. Et, en effet ! Quel moment plus propice pour arriver ! La maman de Michael venait d'ouvrir la porte et elle s'est mise quelques minutes dans l'entrebâillement pour nous saluer. Incroyable ! Je n'avais même pas imaginé qu'il serait possible de la voir !

Nous avions malencontreusement manqué Blanket, mais c'était pour arriver au seul moment où nous verrions la maman de Michael. Car à aucun autre moment du week-end il n'a été possible de la revoir. Juste d'apercevoir son fauteuil roulant.



Par contre, mon fils, lui, l'a revue, derrière sa fenêtre, à le regarder, le lendemain. En effet, le temps que j'aille préparer ma conférence, à la Bibliothèque de Gary, nous l'avions laissé là. Il espérait encore croiser Paris et il est difficile à raisonner quand il s'agit de la belle Paris ! Et il se trouve que comme il était en fauteuil roulant, Katherine l'avait repéré derrière son rideau. En discutant avec son neveu, qui servait de garde (tout le staff présent était en fait de la famille) et avec qui nous avions échangé quelques mots la veille, elle avait su que nous venions de France (il n'y avait quasiment que des américains).

Alors, une fois, elle lui a fait apporter à boire : "Tiens, c'est de la part de Madame Jackson" lui a dit le cousin ... Et une autre fois, elle lui a fait apporter un sac avec plusieurs T-Shirt de Michael dont un qu'elle lui avait signé : "C'est de la part de Madame Jackson. C'est pour toi et ta famille. Elle en a signé un exprès pour toi."

Cela nous a beaucoup émus... C'est une chose de savoir que Katherine est la personne qui a inculqué, par son exemple et ses valeurs, ce sens de la générosité sans commune mesure qui caractérise Michael, mais c'est autre chose de voir cette générosité en action, par pure gentillesse et empathie, envers un jeune en fauteuil qui faisait patiemment le siège devant chez elle sans rien demander. C'était l'anniversaire de Michael, mais c'est mon fils qui recevait des cadeaux !

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)


Je reviendrai encore sur ce court séjour à Gary, qui m'a fait comprendre et ressentir beaucoup de choses, mais j'avais surtout envie, ce soir, de vous parler de Katherine, qui, d'ailleurs, a aussi eu la gentillesse de me signer mon premier livre (je lui ai fait apporter la version anglaise qui venait de sortir, et il paraîtrait qu'elle l'a gardée à côté d'elle toute la journée, en le parcourant de temps en temps).


Longue vie à vous, Madame Jackson, et merci d'avoir donné Michael à ce monde...


P.S. Ah oui, j'oubliais ! Ma conférence a eu lieu le 29 août à 7 heures du soir... Au moment où un lâcher de ballons blancs avait lieu devant la maison... Pourquoi ? Parce qu'il paraît que Michael est justement né à 7 heures du soir...

On dira ce qu'on voudra.... Moi... Comme on dit, je dis ça, je n'dis rien ! ;-)






128 vues3 commentaires

Posts récents

Voir tout